Mai 2022/L’interview du mois : Bénédicte Moulet

Mai 2022/L’interview du mois : Bénédicte Moulet

1 juin 2022

Bénédicte Moulet, membre de la Commission Innovation du Synofdes et directrice ingénierie et qualité au sein de l’IFRA, évoque avec nous la transformation digitale. 

 

Pourquoi avoir intégré la Commission Innovation du Synofdes ?

Veille et mutualisation sont 2 actions inhérentes à mon activité. La Commission Innovation du Synofdes permet d’échanger avec d’autres organismes qui vivent les mêmes réalités, mais aussi de s’enrichir mutuellement grâce à un partage de connaissances et à la rencontre d’acteurs qui interviennent sur le champ de l’innovation dans le secteur de la formation professionnelle. La Commission Innovation est un formidable moyen de croiser les regards et de se nourrir de l’actualité de la formation.

 

Qu’est-ce que l’IFRA ?

L’IFRA est un organisme de formation présent en Auvergne-Rhône-Alpes et Bourgogne-Franche-Comté. L’IFRA, membre du réseau Léo Lagrange Formation, concentre ses activités sur la montée en compétences des publics qu’il accompagne et forme. Cet organisme intervient sur 4 grands champs : les compétences transverses (CléA, ICDL, SST…), la formation linguistique (FLE), les compétences métiers (services à la personne, vente…) et l’accompagnement orientation emploi. L’IFRA entend agir pour (re)motiver les individus et leur permettre de s’engager dans un parcours tout en gagnant en confiance.

 

Quelles sont vos missions ?

J’ai démarré à l’IFRA il y a une vingtaine d’années comme formatrice en FLE et remise à niveau. Depuis 2011, je pilote l’ingénierie qualité : veille, analyse et réponse aux appels d’offres, identification des besoins des financeurs, outillage et accompagnement pédagogique des équipes… 250 salariés permanents travaillent au sein de l’IFRA, l’enjeu est notamment de faire en sorte que toutes les équipes déclinent de manière harmonieuse les projets conçus.

 

Quelle est votre définition de la transformation digitale ?

La transformation digitale impacte les pratiques et les postures professionnelles, et pousse à une réflexion collective sur les usages du numérique en formation. Elle permet de gagner en agilité pédagogique : la multi-modalité ouvre le champ des possibles en matière pédagogique et d’opportunités d’apprendre autrement.

Mais, pour que cette transformation digitale soit réussie et non subie, il me semble important aujourd’hui d’agir plus précisément sur 2 points :

D’une part, faire monter en compétences les équipes sur le numérique, et les équiper à la hauteur des besoins.

D’autre part, accompagner les apprenants à la prise en main de ces nouveaux supports d’apprentissage (smartphone, tablette, ordinateur…) d’autant que nombre d’entre eux sont en situation de fracture numérique. La transformation digitale modifie la manière d’apprendre. Et pour ce faire, une étape importante est celle d’initier le public aux différents usages numériques pour qu’il soit, par exemple, en capacité d’identifier l’équipement qui répond à ses besoins. Il nous revient de créer des situations pédagogiques facilitantes, et de concevoir des outils et/ou activités numériques performantes et accessibles.

 

Qu’est-ce que Compétences+ ?

Compétence + est une application d’évaluation linguistique, que nous avons imaginé à l’IFRA il y a 4 ans, pour identifier le niveau de français des stagiaires. Elle propose des activités sur interface numérique, et ergonomique, à réaliser en autonomie. Elle s’appuie sur des situations ancrées dans la réalité. C’est une application qui a été pensée en prenant en compte les non-lecteurs et non scripteurs : les premières activités qui évaluent la réception orale sont sans texte, et les pages sont très épurées.

L’idée de cette application est de ne pas mettre les apprenants en situation d’échec. La banque de questions, qui permet de tester 3 compétences clés (compréhension orale et écrite, et production écrite), s’adapte à la réussite ou non des participants. S’ils sont en difficulté, le positionnement prend fin via un message : “Merci, le test est terminé”. Les résultats des répondants sont partagés en entretien. Cette application a changé notre manière de réaliser les positionnements FLE : la modalité numérique est ludique pour le candidat, et de notre côté, elle permet un réel gain de temps.

 

Qu’est-ce que Virtual Pro ?

Virtual Pro est un projet que nous avons imaginé avec la start-up UniVR Studio. Ensemble, nous sommes lauréats de l’appel à projet d’innovation de l’axe 3 du Pacte régional d’investissement dans les compétences : il s’agit de concevoir des modules de formation en réalité virtuelle, puis de les tester sur le terrain selon un processus itératif. Chacun reproduit fidèlement un environnement de travail spécifique qui permet d’explorer un secteur professionnel et de découvrir des métiers porteurs d’emploi.

Muni d’un casque, l’apprenant endosse une profession : à chaque métier son scénario, par exemple assistant de vie à domicile, assistant maternel, vendeur en magasin, électricien…

Ainsi, dans le scénario de l’assistante de vie à domicile, il y a un mode « chasse aux risques » : l’apprenant intervient chez une personne âgée et doit repérer les éléments dangereux dans son logement. L’idée est de permettre à des stagiaires, sans sortir de la salle de formation mais dans une situation d’immersion virtuelle, de découvrir des métiers, notamment ceux en tension sur lesquels les gens ont peu d’appétence.

 

Comment accompagner les formateurs ?

Réussir la transformation digitale nécessite d’accompagner les équipes et de leur donner les moyens de se former.

La coordinatrice régionale de l’IFRA organise des temps pédagogiques thématiques réguliers avec les équipes de terrain : elle se saisit de cette opportunité pour travailler sur les usages numériques en face-à-face et présenter des outils numériques simples à prendre en main. Par ailleurs, mensuellement, une ingénieure pédagogique multimodale propose des plages d’initiation et de perfectionnement Moodle à destination de l’ensemble de nos formateurs.

Sur la plateforme LMS de l’IFRA (Moodle), les formateurs disposent d’un “bac à sable”, où ils peuvent s’entrainer à concevoir des activités en ligne. Ils ont également accès à un espace ressources : le Lab sur place (activités en ligne) et le Lab à emporter (activités téléchargeables), avec des contenus utilisables en distanciel ou en présentiel. L’idée de cette double possibilité est de mettre en valeur les atouts d’une plateforme LMS (une banque de ressources importante, consultable et utilisable quelque soit le lieu de formation où l’on se trouve) et de mettre en appétence progressivement l’ensemble des formateurs.

La crise COVID a généré pour l’ingénierie pédagogique un formidable élan et a permis un réel bond en avant : véritable moteur de la formation, elle a permis d’assurer une continuité de service, les solutions digitales permettant de continuer à échanger et se former, même à distance !


A lire aussi

L’actualité du Synofdes
dans votre boîte mail

Accéder aux archives
Newsletter Synofdes

Prochains événements

Sur les réseaux


Twitter @Synofdes

Webi' Transfo' digitale 💡

Trois intervenants présenteront leurs témoignages sur les usages numériques au regard des enjeux #environnementaux, ce qu'est le #numérique responsable, comment s'y engager et le retour d'expérience d'un #OF 👍

Inscription ➡️ http://bit.ly/3nhJht6

Replay ▶️

Merci à @FHaeuw pour ses réflexions sur comment faire évoluer les espaces de #formation physiques traditionnels, configurer des espaces #virtuels intuitifs et accompagner le changement dans les #OF 💡

Pour le voir ou revoir ➡️ http://bit.ly/3QnvvCm

Voir plus...